Les Patients du Docteur Franck

Céilí band à Paris

“ Les patients du docteur Franck ” est un groupe de musiciens amateurs, amateur de Musique Traditionnelle Irlandaise.

Ils se produisent régulièrement lors de céilí, des bals de danses traditionnelles irlandaises.
Pour des infos régulières sur les céilí et concerts, abonnez-vous à notre liste de diffusion.

Désormais guéris grâce à la thérapie du dr. Franck, leur grand plaisir est de faire s’agiter les âmes et les corps aux sons entrainants des sets de jigs, de reels et de polkas.

Les musiciens

Aline Ricadat, Champollion
Avant même d’être née, dans le ventre de sa mère, elle arpentait les lieux où d’étranges musiques se jouaient.
Musiques souvent accompagnées de chants étranges à la langue oubliée des plus anciens.
Dès sa naissance, (en effet elle était impatiente de découvrir d’où provenaient ces sons) Aline n’eut de cesse d’étudier ces cultures.
Chez sa nourrice où elle babillait sur les vielles à roue mises à sa disposition, le bon Docteur Franck, lui fit comprendre qu’à 2 mois, jouer avec des doudous c’était bien aussi.

Pierre Tassel, le Grand Bleu
Petit, il adorait le chant des sirènes. Il nageait en leur compagnie dans la mer d’Iroise.
Elles lui apprenaient leurs chants et comment les accompagner avec toutes sortes d’instruments. Évidemment dans l’eau, ceux-ci n’appréciaient que modérément le traitement.
Pierre avait des difficultés à jouer longtemps, les instruments se désagrégeant…
Le bon Docteur Franck lui expliqua que jouer sur la berge était plus raisonnable. Si dorénavant les sirènes ont regagné les profondeurs, il continue à jouer sur sa collection qui a depuis été réparée.

Patricia Beaugeard, l’aventure c’est l’aventure
C’est au cours d’une descente de la Marne en barque à fond plat et sans assistance qu’elle entendit le chant mélodieux du Ceilto à pelage plumeux. Son doux babil lui rappela les chants des peuples lointains qu’elle aime tant visiter.
Elle tenta de reproduire ces mélopées à la trompette. L’accordage de cet instrument ne le permettait pas. Sous la pression du Docteur Franck, de ses sponsors et le soulagement de sa famille, elle entreprit l’étude de la flute.

François Hugues, œnologue
Mettre du sirop de fraises en bouteille, tout en repassant ses chemises de concertistes sans taches, telle était la performance que réalisait François chaque jour ou presque. Il faut dire qu’il arrivait à jouer le 3ème concerto pour piano de Mozart en tapant sur ces bouteilles, mais il y avait trop de casse et la partition n’était pas intégralement respectée.
Sur les conseils du Docteur Franck il joue depuis du banjo, instrument beaucoup plus solide.

Christophe Soulié, guitare héro
Tout petit, son plus gros défaut était de trop regarder la télévision et de préférer câliner ses nombreuses peluches à l’étude des gammes baroques qu’il affectionne tant maintenant.
Nous remercions ici solennellement le Docteur Franck qui a su le libérer de ses assuétudes en lui instillant l’idée de jouer de la guitare.

Christian Heintz, chabadabadda, dip doup la la
Sa vie n’a été qu’une longue suite de succès. Il a commencé très jeune en étant lauréat du concours du plus beau bébé 1954 du département de la Seine et Oise. Le seul échec cuisant dont il ne remettra jamais, dit il, a été de rater en 1988 une reprise au kazoo sur « How High the Moon », lors du concert donné à la garden-party du Sous-Préfet de Corrèze.
Le traitement du Docteur Franck lui a appris à vivre avec ce sentiment de désarroi, il est maintenant adepte des marches militaires au son des basses profondes.

Jean Michel Assa, ours mal léché
Plus d’une fois il fut pris la main dans le sac, en train de se gaver de sons stridents voires inaudibles. La surdité consécutive à cette coupable passion lui altéra le caractère.
Pour le calmer, le Docteur Franck le convainquit de commencer des études et de contribuer chaque jour à l’élévation de structures visuelles à la stabilité aléatoire et jouer du violon à vue.

Manuel Delpech, maharadjah
Son élevage de souris violonistes lui assurait un avenir radieux, une situation enviée et confortable. Lorsque le Docteur Franck lui révéla l’existence des chats, il reconsidéra son plan de carrière.
Dorénavant, c’est juché en haut d’un mat qu’il prêche la bonne parole sur l’art et la manière de bien recevoir ses amis.

Jocelyn Viallon, preneur de vessie
Il a commencé la musique par la clarinette à guffrin, C’est à la suite des nombreuses pétitions du voisinage qu’il entrepris l’étude du whistle mais en l’utilisant comme baguette pour percussions.
Même le Docteur Franck a eu du mal à lui faire comprendre qu’il fallait souffler dedans avec la bouche.

Caroline Ballée, fourmi butineuse
Elle adore préparer le ragout de cochon de lait au cachou, c’est une merveille. Sa composition à base de clés d’Ut, de croches mentholées et de soupirs à fendre le cœur d’artichaut en a laissé plus d’un, tout ébaubi de ravissement. Afin d’améliorer sa recette, elle récoltait les arbres à trombones à chaque saison.
Le Docteur Franck lui apprit qu’il existait des flutes qui poussent en pleine terre, c’est plus gouteux. C’est bon aussi en confiture parait-il.